Programmation

Pour soumettre une idée de projet à l’équipe de la programmation, cliquez ici.

Notre équipe travaille fort pour développer un concept en adéquation avec la situation exceptionnelle. D’ici là, inscrivez-vous à notre infolettre pour être les premiers à connaître les primeurs de notre évènement!



Les rues sales en Nouvelle-France

Marcher dans les rues d’une ville de la Nouvelle-France, c’était comme se promener dans un égout à ciel ouvert. Il y avait des déchets partout! Oubliez les poubelles et les services de collecte des ordures: ça n’existait pas!



La quarantaine marseillaise

La quarantaine ne date pas d’hier! Le 13 mars 1722, l’intendant Bégon a ordonné la mise en quarantaine à l’Île- aux-Coudres de tous les navires en provenance de la Méditerranée afin d’en permettre l’inspection par des médecins. Cette mesure exceptionnelle visait à protéger la Nouvelle-France de l’épidémie de peste qui sévissait à ce moment dans la région de Marseille. De nombreux pays et plusieurs régions du Royaume de France avaient déjà adopté des plans d’urgence face à l’avancée de cette maladie qui, dans certaines villes, avait tué plus de 60% de la population.



Évasion de faux monnayeurs

Le 6 mars 1718, 5 personnes accusées de fabrication de fausse monnaie de cartes se sont évadées des prisons de Québec. Entre 4 et 5 heures de l’après-midi, ils ont réussi à maîtriser le geôlier des prisons (René Hubert), sa femme (Marie-Anne de Laporte) et leur servante (Marie-Angélique Favron). L’intendant Bégon a aussitôt lancé une chasse à l’homme pour les retrouver. Les hommes d’armes ont reçu le pouvoir d’entrer dans chaque maison, incluant celles des communautés religieuses. Et tous les habitants avaient ordre de leur ouvrir la porte, sous peine de désobéissance.



Circulation trop rapide et manque de stationnement dans les rues de Québec

De quel côté de la route circulait-on en Nouvelle-France? À quelle vitesse? Où pouvait-on se stationner? Ces questions, on se les posait au XVIIIe siècle, en Nouvelle-France.



Circulation de cochons en Nouvelle-France

Les habitants de la Nouvelle-France laissaient une très grande liberté de mouvements à leurs cochons. Les autorités ont dû légiférer à plusieurs reprises pour limiter le nombre de cochons dans les rues des villes et des campagnes. En 1702, par exemple, il était défendu de faire passer les cochons dans les rues, sauf entre 6h et 7h du matin, 11h à midi, 1h à 2h et 6h à 7h1/2. L’année suivante, les autorités ont ordonné de leur mettre un carcan, faute de quoi tout habitant qui en trouverait un sur ses terres pourrait le garder et le tuer.